Slider

Je réfléchis beaucoup trop

mercredi 1 mars 2017


Hello vous,

On ne peut pas dire que je sois simplement quelqu'un de cérébral. Parce que dans certaines situations ma réflexion devient irrationnelle. Comme je l'ai déjà dit ici, je réfléchis beaucoup trop, pour tout et n'importe quoi. On me le reproche fréquemment.

C'est un poids au quotidien.

Je ne sais pas lâcher prise, laisser les choses aller, ni même vivre au jour le jour. Je ne dirais pas que tous mes faits et gestes sont calculés, mais on en est pas loin. L'incertitude me déstabilise, je dirais même qu'à ce stade, c'est une chose qui me fait du mal.

Je ne sais pas d'où ça me vient, mais j'ai un besoin vital d'avoir des réponses à mes questions et que les choses soient claires. Je suis à la fois quelqu'un de très simple et de très compliqué à la fois, dans le sens où si la situation est incertaine, j'accepte sans problème qu'on me dise "écoute, je ne suis pas sûr ce qui va se passer". Entendre, que la ou les personnes qui vivent les choses "avec" moi, sont capables de mettre en mots, ce qui se passe, même si cela n'est pas vraiment éclairant à première vue, me permets d'être rassuré dans mon for intérieur et de ne pas réfléchir plus qu'il n'en faudrait.

Sauf que ce sont des choses qui déstabilisent, vous savez de devoir mettre une personne dans une situation délicate ou de devoir admettre que l'on ne sait pas. Et je pense qu'en face d'une personne comme moi, ça doit être le b.a.b.a de la gêne. Je suis très observatrice et j'ai une tendance très excessive à vouloir tirer mon entourage vers le haut par tous les moyens et je n'ai pas peur de leur dire.

Souvent voilà ce que l'on me dit :
"Tu réfléchis comme une mamie"
"Tu m'as fait grandir, mais c'est déstabilisant"
"T'es trop mature, on a qu'une vie"

Chaque problème à sa solution, même si elle ne vient pas de suite, j'estime qu'il vaut mieux blesser, mais ne pas laisser quelqu'un faire des suppositions plutôt que de ne pas vouloir faire mal ce qui empire les choses. 

C'est ce que je reproche aux gens aujourd'hui, que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle (surtout dans la recherche d'emplois).

La vie professionnelle Parlons en !

J'ai fini mes études il y a quelques mois et à cause de toute cette réflexion, je suis dans la réserve quant à mon entrée dans la vie professionnelle. J'ai eu du mal à me lancer, parce que je réfléchis beaucoup trop. 

Il y a les paroles de ce connard de prof, qui m'a saqué toutes mes deux premières années post-bac forçant une autre prof à intervenir, parce qu'il avait dépassé les bornes. Ce monsieur qui on ne sait comment était prof et directeur de département sans même avoir obtenu son bac (il s'en vantait), m'a très gentiment traité de quiche en pleine soutenance parce que j'avais bâclé mon travail suite à des problèmes personnels et une maladie (J'avais malgré tout, fait relire ce travail, par une personne malheureusement elle aussi en pleine crise à cause d'une maladie génétique... Bref ! J'avais essayé du peu de force que nous avions toutes deux). Il m'a aussi dit que je ne ferais pas grand-chose de ma vie, si ce n'est être une simple assistante.

J'ai pourtant terminé mes études obtenues tous mes diplômes en temps et en heure. Pourtant, je repense souvent à ce moment et ça me mine. Je laisse passer beaucoup d'annonces d'emploi, parce que j'examine toutes les taches et je me demande si je suis capable. 

J'ai l'impression de passer à côté de ma vie. J'ai surtout, conscience de me dévaloriser et de ne pas mettre toutes les chances de mon côté, dans la mesure où je n'ai rien à perdre. 

J'essaie de trouver des solutions.

Je m'interroge sur une possible retour chez le psychologue tellement toute cette réflexion m'handicape. J'ai l'impression de ne pouvoir en sortir seule, car même si j'aime mes ami(e)s de tout mon cœur, certains n'ont pas les épaules, ni l'envie d'intervenir sur ce genre de chose. Puis partons du principe qu'ils ont des vies à mener, sans que j'en rajoute une couche.

Je m'essaie à plusieurs choses pour occuper mon esprit et stopper ce processus : sport, lecture, séries, sorties. Ça me demande tellement d'efforts de rester concentrée pour maîtriser mes pensées que cela m'épuise et me vide. 

Je me dis que c'est ce qui doit se passer au début d'un processus de changement, alors je continue parce que j'ai la volonté de rompre avec ce cercle vicieux. J'aimerais pouvoir dire un jour que j'ai réussi à vivre au jour le jour, dans l'incertitude. Je voudrais me détacher des événements et me sentir à l'aise de le faire et le refaire avec plaisir.

10 commentaires:

  1. Je passe par ici pour t'adresser mon soutien. Je suis également une personne qui n'arrive pas à vivre au jour le jour. J'aime que tout soit organisé, un peu trop perfectionniste que je suis.
    Mais comme toute chose cela à aussi du bon, car tu sembles être une personne de confiance avec de jolies valeurs.
    Pour ma part, le sport, c'est ce qui m'aide au quotidien pour canaliser mon énergie.
    Un psychologue pourrait être une bonne solution pour toi si tu n'arrives plus à vivre positivement. Surtout n'en ai pas honte, le mental tout comme le corps ça se travaille ! A bientôt :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup...

      C'est vrai que j'ai déjà été suivi, car comme tu dis, ça s'entretien. Le plus compliqué est de réussir à rendre ce suivi bénéfique sur le long terme.

      Plus dur encore, je pense est d'être avant tout une personne de confiance pour soi-même, autant qu'on peut l'être pour les autres.

      Supprimer
  2. coucou ! j'ai été comme toi durant 21 ans de ma vie je pense et grâce à un événement quelque peu bouleversante, je me suis intéresser à tous ce qui est développement personnel et lâcher prise etc et tu devrais faire pareil, ça aide énormément ! (lire des livres, voir des vidéo ou lire des articles à ce sujet)

    petit à petit, ça montre son effet dans notre vie ! ;)

    Xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey,

      À l'inverse, je suis devenue comme ça après quelques choses de compliquer aussi, alors que j'étais tout l'inverse avant.

      Merci, pour le conseil. J'ai envisagé les livres de développement personnel, j'en ai d'ailleurs deux sous la main en ce moment même.

      J'espère que ça marchera aussi pour moi lol

      Supprimer
  3. Super cet article et je te comprends totalement. Je me pose toujours trop de questions et je réfléchis bien trop. Le soir je pense tellement à ma journée passée, ce que j'aurai pu faire et pas fait et le lendemain je stress pour rien et imagine comment ça devrait se dérouler... Je trouve jamais le sommeil direct...

    Courage ! Je suis aussi dans cette incertitude professionnelle :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Valentine,

      Tout d'abord merci.

      C'est vrai que j'ai tendance à ne pas dormir le soir, non plus, mais parce que je réfléchis au lendemain (la démarche est la même en soi). Il faut se dire qu'il y a une solution pour tout, même si pour les personnes comme nous, c'est difficile d'envisager que cette solution ne s'anticipe pas.

      Courage à toi aussi

      Supprimer
  4. Je suis un peu comme toi,: je me pose beaucoup de questions. Beaucoup trop de questions. c'est difficile de changer :) Bel article en tout cas !
    Marion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je confirme, c'est très dur. Mais ça rassure de savoir que l'on est pas seule dans ce cas.

      Supprimer
  5. Je fais aussi partie de cette team...
    L'incertitude, c'est chiant. Ça fait un mois que je ne dors pas beaucoup et que je suis à bout de forces car deux problèmes ont mobilisé mon esprit, une avec un mec et l'autre à cause de ma future situation professionnelle.
    D'un côté il y avait ce garçon qui en fait, ne sait pas communiquer ou s'en foutait. Bref, on m'a dit "te prends pas trop la tête pour ça" AHAHAHAHAHAHAHAHA. Quand t'es une personne qui, face à un mur blanc peut t'imaginer tout un scénario de film, j'ai envie de te dire "ta gueule." Je ne peux pas, rester dans l'incertitude, le carpe diem tout ça. Nooon, je préfère un "non, tu ne m'intéresses pas" à un rien du tout, ou une impression que je doive tirer les vers du nez pour avoir une réponse.
    Pour ma situation pro, j'ai carrément décidé de rester dans la sécurité pour l'instant plutôt que de prendre le risque de me demander comment ça va se passer en septembre... Bah, j'ai eu la conversation avec les principaux concernés, rien n'est fait pour l'instant mais le fait d'en avoir parlé avec eux et de les avoir entendu, ça fait deux nuits que je dors vraiment correctement et ça fait un bien fou.

    Ton prof et directeur de département est un gros con. Très sérieusement, ce genre de jugement de valeur, de critique pas du tout constructive, c'est tellement bas et malsain. C'est de la méchanceté pure et dure pour le plaisir de faire du mal en fait. Et c'est répugnant et j'espère qu'il se fera empaillé par une licorne u_u"

    RépondreSupprimer
  6. J'ai eu la chance de rencontrer quelqu'un qui m'a appris a gérer ce genre de chose au niveau émotionnel. Mais j'ai toujours une perte de motivation et de confiance dans ce genre de situation. La motivation, pour y faire face faut se donner un coup de pied au cul, mais la confiance si quelqu'un trouve, je suis preneuse surtout niveau pro.

    Concernant mon prof, je me dis que la roue finie toujours par tourner. Mais la licorne peut-être une solution en cas d'absence de roue.

    RépondreSupprimer

Dites moi tout

CopyRight © | Theme Designed By Hello Manhattan