Top Social

jeudi 30 mars 2017

Les amis de banlieue versus les études supérieures

student life
Coucou vous,

Nous avons tous, cette perception de l'amitié, la vraie. Du genre, "la vraie amitié, c'est de ne pas se parler pendant 54 mois et de rester soudé quand on se retrouve", "les vrais amis sont la famille qu'on se choisit". Oui, vous avez vu, je traine beaucoup trop sur Facebook (voilà, voilà, ah ah).

Je suis rentré dans l'année de mes 25 ans et je me suis rendu compte que l'amitié est quelque chose de complexe. Je trouve d'ailleurs qu'on n'en parle pas assez ! Parce que oui l'amour, blablabla, mais l'amitié aussi ça peut devenir chiant et nous faire mal à la tête.

En grandissant, nos groupes d'amis se définissent, fortifient ou alors se disloquent. En clair, il y a de moins en moins de personnes à qui nous avons réellement confiance. Nous commençons à faire la différence entre "connaissances" et "amis".

Du coup, les choses se précisent, on a un ou plusieurs groupes dans lesquels on se sent bien. Les rapports sont à définir en fonction de chacun. Mais là n'est pas le plus important, car ce qui me tracasse va plus loin.

En prenant exemple sur ma situation, j'ai suis née en banlieue, du coup, j'ai des amis que je connais depuis le lycée, parmi lesquels je compte quelques rescapés de l'école primaire.

Amitié post-bac

Revenons à nos moutons. Ça devient compliqué à gérer quand on sort de la banlieue pour faire des études supérieures dans une école parisienne. Alors si on a le malheur de faire nos études dans une école de bonne réputation, FIN DU MONDE ! Nos amis de banlieue, nous catégorisent de "Parisien".

Et j'insiste bien sûr le fait que la distinction vient pour ma part (là aussi, j'insiste bien) de mes amies de longue date. Parce qu'au fils des années, les automatismes de la vie professionnelle et de la branche que j'ai choisie ont pris le dessus. Alors le plus souvent, je m'exprime dans un français soutenu voir trop soutenu, sans forcément m'en rendre compte (objet de reproche).

J'ai commencé à fréquenter des personnes avec plus ou moins les mêmes ambitions professionnelles que moi. Ils n'habitent pas spécialement dans Paris intra-muros, mais ils ont les mêmes automatismes que moi et souvent, ce sont ceux que je vois quotidiennement, du coup, on fréquente les mêmes endroits, etc. Bref, ce sont des nouveaux amis différents qui me correspondent aussi.

Il y a aussi les lieux et les activités dans la majorité des cas quand on s'intéresse à autres chose qu'à la banlieue, on se retrouve vite dans des expos, à chercher de nouveaux restos dans Paris (parce que l'offre est diverse et variée), à faire des sorties en rapport avec nos études parce que l'on y est contraint.

Nous vivons un choc des cultures, l'univers que nous fréquentons n'est plus du tout le même que ce que nous avons toujours connu. Pourtant, chaque soir, nous rentrons chez nous en banlieue, nous retrouvons nos amis de toujours. Parmi eux, il y en a certains qui sont dans notre situation avec qui nous sommes en total accord, puis il y a ceux qui nous rappellent constamment que nous sommes "parisiens".

Qui est qui ?


Vous l'aurez deviné, c'est à prendre au second degré. De toute manière, je fais partie de ces deux catégories visiblement puisque ce sont les visions de mes potes et que ça n'a pas du tout de sens. Et oui ! J'en entends des vertes et des pas mûres (il fallait absolument que je place, cette expression une fois dans ma vie).

Dans l'absurdité de ces jugements, il y a nous, un être humain ! Qui se retrouve à devoir s'adapter avec chaque groupe d'amis pour prouver que nous sommes toujours nous-même, parce que nous avons un peu de ces deux catégories débiles en nous, que nous ne sommes pas complets sans l'une des deux.

Par s'adapté, j'entends, changer son comportement. Ça pourrait s'apparenter à faire semblant, mais de mon point de vue, ça serait plutôt, faire ressortir de façon temporaire une facette de nous-même, plus que les autres.

C'est presque que comme si nous étions perdus, pris entre deux feux. 
5 commentaires on "Les amis de banlieue versus les études supérieures"
  1. Ah l'amitié ! C'est vrai que l'on n'en parle pas assez et pourtant il y en aurait des choses à en dire ! Je me retrouve un peu dans ta situation. Le truc con c'est que parfois tu ne sais plus qui tu es à force de jongler entre untel et untel. Mais au final tu as raison, une facette de nous-même ressort plus intensément en fonction de la personne que l'on a en face.


    p.s. ( je ne sais pas si c'est fait exprès mais tu as écris deux fois "C'est presque que comme si nous étions perdus, pris entre deux feux." )

    La bise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement, ce que je me suis dit en écrivant l'article ! Il y a tellement de choses à dire qu'un simple article ne suffit pas. C'est un peu comme en amour, il nous faudrait un guide, mais c'est quelque chose de tellement vaste et complexe, que c'est compliqué.

      Et effectivement, j'ai corrigé, car ce n'est pas volontaire.

      Supprimer
    2. Un énorme guide alors ah ah. En sachant que chaque personne est différente..

      Supprimer
  2. L'amitié. Je crois que je pourrais faire toute une étude là-dessus. J'ai longtemps été plus intéressée et plus chiante dans le choix de mes amis que dans le choix de mes partenaires. Et quand je dis longtemps, c'est seulement il y a quelques mois que je me suis dit qu'il faudrait quand même que je sois aussi stricte dans le choix de mes copains que dans celui de mes amies. Eh oui, car au fur et à mesure, je me suis rendue compte que je n'avais que des amies et pas d'amis. Bref, je m'éloigne totalement.
    L'amitié, c'est un sujet fascinant et je suis d'accord avec toi qu'on ne peut pas parler de "faire semblant" car une personne a plusieurs facettes qui ressortent plus selon la personne qu'elle a en face. Le plus important en fait, à mon sens, c'est de pouvoir être soi sans se censurer. Toutes les relations humaines sont compliquées et en amitié c'est encore plus subtile car on doit pouvoir être soi et aussi comprendre les différentes personnes que l'on a en face et les accepter pour ce qu'elles sont. Ah, j'adore ce sujet ahaha ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis aussi très sélectives avec mes amis, par contre pour les partenaires, je me demandes si c'est dû au fait qu'on est plus souple ou simplement au fait qu'au moment de la "séduction" on montre tous une image de nous pailleter, etc.

      Le plus difficile, je crois, c'est les relations avec les personnes qui ont du mal à concevoir que leur façon d'être et de faire n'est pas universel (même s'il y a des choses qui paraissent uniques au plus grand nombre)

      Supprimer

Dites moi tout

Custom Post Signature

Custom Post  Signature